La Romaine et les énergies vertes en une du journal The Gazette

21 01 2009


17 janvier 2009, William Marsden, Yes, there is life after oil   Yes, there is life after oil  http://www.montrealgazette.com/Technology/there+life+after/1188444/story.html

Allons nous tous nous éclairer à la chandelle, tous avoir froid et ne pas pouvoir nous déplacer après la fin du pétrole ?

 À lire ! L’exemple Allemand y est très bien expliqué. J’ai personnellement eu la chance de parler avec monsieur Herman Scheer aussi et j’ai bien hâte de le filmer. 

-Nicolas



Pas besoin de partir sur la Romaine pour enfiler les bonnes vieilles «combines» : Il fait assez froid ici !

14 01 2009
Communiqué de presse, pour diffusion immédiate

Alors qu’un froid polaire s’installe sur le Québec, les documentaristes-aventuriers de la Romaine, habitués des conditions climatiques rigoureuses, invitent les Québécois à enfiler leurs sous-vêtements d’hiver au lieu de grelotter. Effectivement, plutôt que de monter leur chauffage ils suggèrent d’utiliser des moyens quelque peu oubliés de se dorloter en économisant de l’énergie  tels que

-Porter des chaussettes (bas) et chaussures : « Mieux vaut avoir les pieds bien au chaud »

-Mettre une couverture chaude de plus dans le lit:  » de l’air frais à respirer mais  le corps au chaud »

-Enfiler les bonnes vieilles combines sous les pantalons:  » Éviter le choc thermique aux cuisses au moment de sortir au froid en plus d’être bien au chaud à l’intérieur de la résidence »

-Porter un chandail chaud ou une veste.


Le résultat: au lieu de grelotter, les Québécois peuvent baisser leur chauffage de 1 ou 2 degrés. Ceci permet d’économiser  ainsi environ 10 % des  coûts élevés de chauffage de l’hiver (selon le Diagnostic Résidentiel Mieux Consommer d’Hydro-Québec).

Alexis de Gheldere, journaliste-réalisateur explique: «J’ai jamais l’air d’un ours dans la maison en hiver, c’est juste une « petite laine » de plus qui me garde au chaud et réduit mon besoin de chauffage de quelques degrés ».

Nicolas Boisclair, écopédagogue, ajoute «  Si on est nombreux à y penser cela diminue ainsi la pointe de la demande sur le réseau. C’est lorsqu’il fait très froid et venteux durant quelques jours que le compteur d’énergie s’emballe à cause du chauffage des maisons à l’électricité. Hydro-Québec doit périodiquement développer de la puissance supplémentaire à coup de Milliards pour fournir cette grande demande de quelques heures par année.»

Les deux documentaristes sont unanimes dans leur appel : « Québécois sortons nos combines ! »

Productions du Rapide Blanc est une compagnie de production indépendante reconnue pour ses documentaires d’auteurs porteurs de sens qui engendrent un questionnement et possèdent le potentiel de provoquer des changements dans la société.


-30-


Source :

Pour une entrevue sur le sujet avec Nicolas ou Alexis ou sur le projet Chercher le Courant, contactez :

Nicolas Boisclair 514-267-3140

chercherlecourant@gmail.com

www.chercherlecourant.org